lettre au préfet : Signalement d’une activité génératrice de poussières toxiques sur la décharge ICPE Legré-Mante- 12 janvier 2017

Suite à la présence le vendredi 6 janvier d’une entreprise équipée d’engins de chantier engagée dans la réalisation d’un portail.


Association santé littoral sud

Monsieur le Préfet des Bouches du Rhône

Place Félix Baret CS 80001 13282 Marseille Cedex 06

Marseille le 12 janvier 2017

Objet : signalement d’une activité génératrice de poussières toxiques sur la décharge ICPE Legré-Mante – Parcelle B 164, avenue de la Madrague de Montre don 13008 Marseille – (L.R.A.C.)

Monsieur le Préfet,

Il nous parait urgent pour la santé publique d’attirer votre attention sur la présence le vendredi 6 janvier d’une entreprise équipée d’engins de chantier engagée dans la réalisation d’un portail.

Or ce terrain qui est la décharge de la friche industrielle ne fait actuellement l’objet d’aucune mesure de prévention contre l’envol des poussières et des particules fines pouvant affecter les riverains.

Nous avons également été surpris de constater que les personnels présents ne portaient aucun équipement de protection.

A cet effet nous vous adressons une série de photos effectuées le vendredi 6 janvier montrant que le sol a été mis à nu.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet l’expression de notre très haute considération

Pour l’ASLS Rolland DADENA Membre du conseil d’administration

Copie à

– Monsieur le Maire de Marseille

– Monsieur le Dr Départemental de la Direccte

– Monsieur le Dr Régional de l’ARS

contact@comite.sante.littoral.sud .com site internet : www.comite-sante-littoral-sud.org C/Centre social Mer et Colline 16,bd de la verrerie 13008 Marseille

170106_Lettre au préfet signalement 6 janvier

Communiqué du CSLS : Réglementation et protection des riverains du 11 janvier 2016

Les riverains souhaitent que les pouvoirs publiques s’assurent de l’application de la réglementation et de la protection des riverains.

APRES L’AUTORISATION DES REJETS INDUSTRIELS DANS LES CALANQUES,

AUJOURD’HUI LEGRE MANTE ?

L’annonce en Conseil Municipal du 16 Décembre 2015 et le maintien par le Préfet des arrêtés préfectoraux de 2012 ne répondent en rien aux craintes des riverains face aux dangers des métaux lourds (Plomb, arsenic, cadmium, antimoine …) dont les effets sur la santé sont irréversibles.

A la suite du retrait de permis par le promoteur en septembre 2014, les promesses faites par les élus municipaux d’ouvrir une concertation n’ont pas été suivies des faits, ce qui laisse présager la signature de nouveaux permis. Et pourtant sans se limiter aux questions immobilières et du devenir de leur cadre de vie, c’est à cette question vitale de santé publique que les habitants attendent des informations et des réponses.

Ainsi, quel que soit le devenir du site, sa mise en sécurité et sa dépollution (réhabilitation) doivent être des opérations prioritaires, avant la réalisation de tout projet d’aménagement.

En conséquence, il importe que sur ces bases :

  • le projet de dépollution qui sera présenté soit accompagné d’une étude d’impact sanitaire et environnementale réalisée par un organisme agréé indépendant, pour évaluer préventivement les dangers et non les subir dans l’improvisation.
  • Le propriétaire et son promoteur soumettent à la Préfecture, un plan détaillé de protection des riverains et de l’environnement, basé sur l’utilisation de techniques empêchant l’envol des poussières et particules contaminées dans ce secteur très exposé aux vents en front de mer et au pied du massif des Calanques. (recommandations officielles, suite aux études de santé réalisées de 2003 à 2005 sur l’ancienne usine de plomb de l’Escalette).
  • Conformément aux dispositions de la convention d’Aarhus de juin 1998, de la charte de l’environnement de mai 2005, de la loi Grenelle II de juin 2010, Associations, CIQ et riverains soient consultés pour faire part d’observations et de propositions sur les mesures préventives proposées et informés régulièrement des mesures de contrôle (Air , eau, sols, et établissements scolaires.)

Les riverains comprennent que la dépollution s’avère nécessaire, mais pas au prix de leur santé. Ils voudraient pouvoir compter sur la diligence des pouvoirs publics et des nombreux services, placés sous l’autorité de l’état ou des collectivités, pour faire appliquer la règlementation et assurer leur protection.

Comité Santé Littoral Sud Marseille le 11 Janvier 2016

Téléchargez le communiqué sur la réglementation et protection des riverains en PDF

Courrier au Préfet : Demande de concertation Friche Legré Mante (Janvier 2015)

prefetOK2

Signataires de la lettre du 19 janvier 2015 à M. le Préfet des B d R :

Comité Santé Littoral Sud, Confédération Syndicale des Familles Grotte Rolland, la Verrerie, Fédération d’Action Régionale pour l’Environnement -FARE Sud, Réseau Environnement Santé -RES, Union Calanques Littoral-UCL, SOS NATURE SUD, France Nature Environnement -FNE 13, CIQ de Montredon, CIQ de Samena, CIQ de Callelongue, CIQ du Cap Croisette, CIQ de l’Escalette, CIQ de Bonneveine -Vieille Chapelle, CIQ Madrague, la Rose, la Verrerie, CIQ de Ste Anne