Verra-t-on se renouveler le scénario de 2014 , avec la signature au coeur de l’été de nouveaux permis ?

« Pourtant depuis 2011, où les premiers permis ont été signés sur la friche industrielle Legré Mante, il n’a été réalisé aucune étude sur l’ exposition des riverains aux contaminations des sols pollués.

 
Cette étude (appelée IEM -interprétation de l’ état des milieux) aboutit à la connaissance des dangers sanitaires et permet ainsi de définir les mesures de prévention et de protection à prendre pour la population qui habite à proximité du site ou dans un rayon d’impact pouvant être atteint par la pollution.
Elle permet d’éviter  préventivement l’exposition  pouvant résulter de la dépollution elle même ou de tout chantier ultérieur de réutilisation des terrains.
 
L’absence de cette étude fait que les arrêtés préfectoraux pris en 2012 , qui normalement auraient dû être protecteurs sont inadaptés car il ne prennent pas en compte les effets de ré-envol des poussières hautement contaminées. Rien n’a été prévu également pour éviter la pollution de la mer en contrebas de l’usine ….
 
Il est du rôle des élus municipaux (et autres collectivités) de demander au Préfet l’application des textes sur la santé publique, et en toute logique de différer la signature de tout permis tant que la garantie d’une réhabilitation conforme ne sera pas acquise…..
Le Comité Santé Littoral Sud souhaite un bon été 2016 à tous ces lecteurs ! « 
 A visionner un film « Un combat pour la santé  » tourné aux portes des Calanques: